Le temps des Citoyens

Nous avons connu la République des Notables, le temps où les instituteurs, les notaires, les avocats, les médecins et les principaux propriétaires terriens étaient les élus. Puis, ce fut celle des Professionnels. L’exigence – légitime – de compétence face à la complexité du monde a offert les mandats aux élus de carrière, aux héritiers, aux attachés et chargés de mission qui apprenaient dans l’ombre des grands élus.

Au mieux, nous disposons d’élus maîtrisant les éléments de langage, bien insérés dans l’écosystème, parfois bons connaisseurs de dossiers. Au pire, nous avons des représentants avides des avantages nombreux que la République a octroyés, prêts à beaucoup pour durer, incapables de s’arrêter.

Dans tous les cas, nos représentants ont de moins en moins de vécu commun avec le reste de la population.Ils manquent souvent de conviction et l’imagination n’est pas leur point fort. Or, nous avons besoin d’idées neuves, de changement d’approche, de paradigme, plus que depuis bien longtemps à l’ère moderne.

Aussi est-il temps de transformer en profondeur les règles qui définissent la façon dont nos représentants sont choisis. Bien sûr le non-cumul de mandat, son renouvellement limité dans le temps et la reconnaissance du vote blanc comme un suffrage exprimé sont des impératifs. A leurs côtés, la transparence et l’exemplarité devront irriguer le quotidien des élus de telle façon que l’on ne puisse plus penser que l’engagement politique est synonyme de gain d’argent. Publicité des frais de représentation, réduction des indemnités des parlementaires et des ministres, abandon des nombreux privilèges octroyés au XXeme siècle – cumul des retraites, carrière fictive dans la fonction publique, déplacements gratuits, collaborateurs familiaux, etc. – accompagneront le renouvellement du personnel politique. Et pour faciliter celui-ci, il faudra permettre d’apporter du sang neuf dans les élections par quelques principes simples : baisse des plafonds de dépense électorale, baisse à 2% du plafond de remboursement, réduction des primes majoritaires dans les élections de liste.

En améliorant ainsi la démocratie représentative, nous n’oublierons pas pour autant d’utiliser d’autres outils, plus directs, permettant une consultation régulière des électeurs. Les votations et autres référendums locaux, à l’initiative des élus d’opposition ou des habitants, sauront être des contre-poids nécessaires ou des catalyseurs de projets. A l’identique, des instances aujourd’hui épuisées par l’entre soi, seront demain revitalisées par le tirage au sort et les expériences des Conférences Citoyennes.

Le temps des Citoyens, c’est l’aspiration à une République moderne, à une Démocratie plus ambitieuse, à des idées neuves pour retrouver confiance en notre avenir.

Les « gônes pour Gerland  » classe les candidats en fonction de leur position par rapport au projet OL Land

En noir les candidats du parti d’OL Land

En jaune les amis du stade de Gerland

source : site « Les Gones pour Gerland« )