Une seule indemnité pour tout mandat

Actualitésle 20 septembre 2014Sans commentaires

Le « tous pourris » est une vieille rengaine de l’extrême droite. Des faits individuels l’alimentent régulièrement ces dernières années – avec une accélération ces derniers mois. Les appels à la moralisation ne convainquent jamais vraiment, soit que leurs auteurs manquent de crédibilité, soit que les électeurs pensent que c’est inéluctable ; nouveau symptôme de la démission du peuple dans notre démocratie.

Sortir de l’ancien monde et imaginer/bâtir une nouvelle société suppose aussi remettre en question notre rapport à la représentation politique. La IIIe république avait consacré l’idée d’un corps social de notables (médecins, instituteurs, curés, avocats) qui exerçaient les mandats politiques, forts de leur statut et du temps qu’il leur octroyait. la IVe poursuivait en cette voie et consacrait les partis comme machine à fabriquer des élus. La Ve république, à partir des années 80, imposé l’idée qu’être élu est un métier comme un autre, qu’il faut faire carrière pour être sérieux et connaître son sujet. N Sarkozy fera sauter le dernier verrou – en augmentant substantiellement l’indemnité du chef de l’Etat – ; la carrière politique doit permettre aussi de s’enrichir.

Pour amorcer un changement profond dans notre société, pourquoi ne pas commencer par affirmer que l’engagement politique peut et doit être neutre financièrement. Pour convaincre du changement, des réformes, des mutations à réaliser, il est impératif que les élus montrent l’exemple ; et cette exemplarité ne saurait être dénuée d’une part d’effort.

Une seule indemnité que l’on soit Chef de l’Etat, ministre, parlementaire, président de collectivités locales ou maire d’une grande ville, tel pourrait être le symbole de cette exemplarité. Considérant que l’essentiel des frais quotidiens (représentation, déplacements, etc.) sont pris en charge, fixer cette indemnité à 5000 € me paraît raisonnable. A 3 fois le salaire médian (un peu plus de 2 fois le salaire moyen), elle ne dévalorise pas la fonction élective et écarte la perspective de l’enrichissement.

Associée au non-cumul de mandat et une la transparence exhaustive des frais, cette proposition constitue un premier pas vers une nouvelle société, où nous pouvons avoir l’espoir que la représentation politique s’exerce avec plus d’implication, de talent et d’humilité.

No Responses to “Une seule indemnité pour tout mandat”

Leave a Reply