Réduire la dépense électorale

Actualitésle 9 mai 2012Commentaires fermés
communiqué : baisse de la dépense électorale, première étape symbolique de la moralisation de la vie publique
Après les présidentielles nous entamons une nouvelle séquence électorale. Les élections législatives constituent la première occasion de mettre en œuvre des mesures de moralisation de la vie politique, thème sur lequel la campagne présidentielle a semblé trouver un consensus.
Cette campagne est courte, bien que nous soyons plusieurs candidats déjà en campagne. Elle peut et doit être économe.
Rappelons ici que l’État prend à sa charge les dépenses électorales des candidats ayant obtenu plus de 5% des suffrages. Il s’agit des frais engagés pour le vote stricto sensu (professions de foi, bulletins de vote et affiches électorales) et surtout des dépenses engagées par les candidats pour convaincre les électeurs. Le coût de ces dernières est plafonné, mais il se monte tout de même à 34000 € en moyenne par circonscription. Considérant que 6 ou 7 candidats pourraient réaliser un score supérieur à 5%, cela génère environ 118 millions € (34000*6*577) de dépense publique ; auxquels il faut ajouter la « campagne officielle – bulletins de vote, professions de foi, affiches – dont le coût remboursé s’élève à environ 17 millions (5000*6*577) pour le seul premier tour.
Il est légitime que la collectivité prenne en charge le débat démocratique. En cette période, il est aussi légitime que les candidats fassent des efforts et réduisent leurs dépenses électorales. Je propose de la réduire de moitié, que les candidats prennent des engagements publics et publient leurs comptes sur leur site de campagne.
Je m’engage en ce sens.
Commentaires clos.