Perspectives 2013

Actualitésle 15 janvier 2013Commentaires fermés

2012 fut l’année d’une alternance, nécessaire après 10 années de pouvoir UMP. Elle aura aussi été l’année d’une grande confusion politique. Les idées et les visions du monde que nous a proposées la campagne présidentielle furent peut-être les plus pauvres depuis la création de cette échéance électorale. Du côté de la pratique politique, j’entends ici la vie des partis et les comportements des représentants élus, l’année fut peut-être pire encore, constat renforcé par l’attente que je crois toujours plus forte, d’une forme d’exemplarité dans l’exercice du mandat démocratique.

Qu’attendre alors de 2013 ? Il y a toujours de l’espoir, aussi je fais le voeu que cette année sans élection nous permette de prendre du recul, d’accéder ainsi à une plus grande lucidité quant à l’état réel de notre société et, partant de là, de chercher sincèrement des solutions à nos difficultés.

François Hollande à mis le chômage au coeur de ses préoccupations. Chiche ! Regardons précisément ce qu’il en est : les chiffres officiels sont faux, ils ne mesurent plus la réalité du non emploi en France ; les méthodes utilisées depuis 40 ans ne produisent plus d’effet. Changeons tout cela. Sereinement, sans chercher ni bouc émissaires, ni responsables à vilipender.

Il est admis qu’accroître le temps scolaire serait profitable aux enfants. Formidable ! Réformons l’école autour de cette idée et ne bricolons pas un accord technique, susceptible de satisfaire tous les protagonistes (collectivités locales, enseignants, etc.) … sauf les enfants.

Plus généralement, ne croyons plus que nous pouvons, en bricolant l’existant, nous construire un avenir meilleur. Les économistes, adeptes des cycles de Kondratief, nous promettent une dizaine d’années difficiles. Dans son dernier livre d’économie, l’ancien champion d’échecs, Gary Kasparov, considère que notre situation est le fruit de l’absence d’innovation majeure permettant un saut qualitatif et des gains de productivité majeure.

Nous sommes entrés depuis longtemps dans un monde sans certitude. C’est le lot de notre génération et de celles nées après les années 70. Ne restons donc pas accrochés aux vieilles lunes de nos anciens, essayons de nouvelles approches, pensons notre quotidien différemment. Je nous souhaite de l’imagination et l’envie de la partager

Commentaires clos.