Nous avons besoin d’un nouveau rêve européen

Actualitésle 3 avril 2016Sans commentaires

Le 9 mai, nous célébrons une flamme éteinte. 66 ans après, le rêve européen, celui de Schuman, Monnet, des démocrates chrétiens, des libéraux et des socialistes, s’est évaporé et nous n’en avons plus qu’une nostalgie. Sur ce sujet comme sur les autres, nos dirigeants politiques et économiques se contentent au mieux d’entretenir l’existant. Plus grave peut-être, ils caressent l’illusion qu’en bricolant à la marge on pourrait améliorer un ensemble institutionnel, économique et social auquel les peuples européens ne croient plus.

Les mouvements politiques favorables à la construction européenne sont depuis longtemps en mode défensif. Sans relief lorsqu’ils évoquent la paix ou la monnaie, désespérants quand ils imaginent convaincre les électeurs en lui montrant le petit logo européen sur les projets co-financés. Ce faisant, ils font le lit de ceux que l’on a nommés souverainistes, sceptiques ou populistes, et dont la constance intellectuelle n’a d’égal que la variation des noms : la cause de nos difficultés est toujours ailleurs et vaguement complotiste.
Plus grave, ils ont souvent participé à la trahison des électeurs qui ont vu leur vote de 2005 (non au Traité Constitutionnel) bafoué par le traité adopté en 2009 au Parlement (dit Traité de Lisbonne). Cette fracture est encore à l’esprit de beaucoup d’électeurs, y compris parmi ceux qui avaient voté pour en 2005.
Nous sommes lucides sur l’état actuel de l’Europe
L’Union Européenne présente des faiblesses qu’il est difficile de nier.
Bonne élève du libre-échange et de la concurrence, elle a écartelé le continent entre la crainte du travailleur européen délocalisé et la disparition ou la quasi disparition de l’industrie européenne sur de nombreux marchés. Nous pouvons, peut-être, construire des batiments moins chers et acheter des écrans plats intelligents à bas prix, mais notre identité de consommateur ne saurait remplacer celle de citoyen européen ; surtout si l’emploi se raréfie sur le continent et devient source de contentieux entre peuples européens.
Vertueuse au sein des Nations-Unies, son comportement dans la guerre civile yougoslave avait sérieusement écorné l’idée qu’elle soit un acteur crédible sur la scène internationale. Inexistante dans l’accompagnement du « printemps arabe », incapable de soutenir les acteurs susceptibles de faire évoluer ces pays vers des régimes modérés, elle subit les mouvements géopolitiques autour d’elle sans paraître jamais avoir de vision, d’objectifs, ni même d’intérêts à défendre. L’accord passé avec la Turquie, « argent contre renvoi des réfugiés » finit de ternir une image sans relief.
Enfin, les difficultés à faire naître une coopération policière/judiciaire continentale, cruellement éclairées par la série d’attentats que nous connaissons, altèrent un acquis de la citoyenneté européenne : la libre circulation.
Notre avenir est européen
Le retours aux Etats et aux frontières est une illusion. Ces notions sont dépassées pour la population européenne la plus instruite, depuis longtemps engagée dans l’universalisation du commerce, du savoir et de la culture. Elles sont aussi sans espoir pour les plus modestes d’entre nous, car elles n’apporteront pas la protection espérée.
Nous avons besoin d’un nouveau rêve européen, et il appartient à une nouvelle génération de se lever pour l’écrire et le mettre en oeuvre. Quelques principes et quelques réformes pourront éclairer cet avenir nécessaire.
L’innovation pour une prospérité durable, la solidarité et l’implication internationale comme nouvelles valeurs européennes
Devenir autonome sur le plan énergétique est un objectif autour duquel nous pouvons fédérer à un nouvel idéal européen. Pour des raisons environnementales évidentes et des enjeux géopolitiques tout aussi évidents, nous devons nous libérer de nos dépendances au pétrole, gaz et uranium. Depuis peu, les scientifiques et les entreprises ont résolu les obstacles au stockage de l’énergie, notamment avec l’hydrogène. Avec l’ambition politique nécessaire, nous pouvons développer les énergies renouvelables, faire naître une nouvelle industrie et nous libérer progressivement des mésalliances auxquelles ces ressources nous contraignent.
Les mécanismes d’optimisation fiscale et sociale entre nous, cette concurrence délétère que nous avons laissé prospérer en notre sein, se révèlent contre-productifs. Il faut les remplacer par une harmonisation rapide, soutenue par un effort de solidarité conséquent des régions riches vers les plus modestes. En parallèle, dire à nos partenaires économiques asiatiques, américains et autres que le libre-échange n’implique pas un renoncement à l’exigence de qualité des produits et des services quant ceux-ci sont destinés à nos concitoyens. La liberté est une valeur essentielle de notre identité européenne, il faut lui ajouter aujourd’hui un peu d’intelligence pour ne pas la laisser devenir un dogme qui se retounera contre nous.
Parmi ces nouvelles libertés figurera en  bonne place, celle de pouvoir contribuer à la pacification du monde et à la promotion des idéaux de liberté et de progrès nés sur notre continent. Certes, en la matière, il y a certainement un tropisme français, pas toujours partagé par nos voisins. Mais si nous pouvions soutenir en ce sens les populations d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’ailleurs, quelle source de fierté cela pourrait être pour les européens dans leur ensemble. Faut-il une force militaire européenne pour accompagner cette ambition ? Incontestablement.
Une reconstruction par les villes et les régions
Si nos Etats et nos vieilles administrations ne sont pas en mesure de faire cette révolution des idées, appuyons nous davantage sur les Régions et les Métropoles pour la faire. Développons à cet étage, des relations quotidiennes avec nos voisins européens. Ce sont dans les villes, les écoles et les entreprises que le nouveau rêve européen pourra prendre corps.
Nous avons besoin d’espoir, nous avons besoin d’un horizon, nous avons besoin d’être fiers d’être européens. N’attendons rien de ceux qui nous gouvernent aujourd’hui, construisons le nous-mêmes !
No Responses to “Nous avons besoin d’un nouveau rêve européen”

Leave a Reply