communiqué : moralisation de la vie publique, acte II

Actualitésle 23 mai 2012Commentaires fermés

Porte-à-porte les soirs et entre midi et deux, ici cours de la liberté

Sans surprise, les responsables UMP et PS locaux ont répondu négativement à ma proposition de réduire volontairement les dépenses de campagne. J’ai toutefois été surpris par le ton indigné des réponses et certains des arguments employés.
La démocratie a un prix, c’est indiscutable. N’importe quel prix ? J’en doute. Mais la démocratie vaut surtout par sa capacité à s’adapter et à se renouveller pour mieux répondre aux intérêts des citoyens. Est-il, de nos jours, encore réellement nécessaire de dépenser 3 ou 4 smic annuels en une campagne législative, comme le font ces candidats ? Que valent les discours sur la baisse de la dette et/ou de la dépense publiques si les élus et candidats ne sont pas prêts à consentir quelques efforts en ce sens ? Il ne s’agit pas ici de vertu, mais de cohérence avec les propos que nous tenons.
Cette proposition était le prélude à une réforme de fond au fonctionnement actuel de notre démocratie. En réduisant les dépenses électorales, en abaissant les plafonds de remboursement de celles-ci, nous facilitons aussi l’émergence d’opinions nouvelles, de candidats nouveaux.
Le maintien de fortes dépenses électorales compense le faible temps que certains candidats ont à consacrer à l’enjeu démocratique, pris qu’ils sont dans le cumul de mandats. Plus vous avez de mandats, plus vous avez besoin de moyens pour les conserver. Ce cercle-là n’a rien de vertueux.
L’adaptation de notre organisation économique et social nécessite des élus porteurs d’idées neuves, davantage impliqués dans leur mandat (ce qu’interdit le cumul, et pas seulement dans les exécutifs), soucieux de simplifier l’organisation administrative française, aujourd’hui trop complexe et coûteuse.
Le non-cumul strict de mandat est la mère des réformes institutionnelles. Elle précède les questions de statut des élus, de décentralisation (niveau et compétences) car elle peut en être le fil conducteur.

Commentaires clos.