Archive for novembre, 2013

Communiqué : Lyon peut et doit accompagner la mutation économique

Actualitésle 21 novembre 2013Sans commentaires

La « crise » actuelle n’en est pas une. Il s’agit d’un changement de monde, d’une mutation de notre modèle économique et social. Nous ne réanimerons pas l’ancien modèle, celui né après-guerre, sur lequel la France a bâti sa prospérité des trente glorieuses jusqu’aux années 80.
Faire naître un nouveau modèle est une responsabilité partagée. De nombreux universitaires, chercheurs, chefs d’entreprises s’y emploient ; et il est temps que notre organisation politique évolue en ce sens.

Cessons de parler entrepreneuriat, soutenons les entrepreneurs

Les difficultés que connait le groupe Fagor-Brandt et, par répercussion l’entreprise lyonnaise SITL, éclairent les changements nécessaires. A leur annonce, tous les regards se sont tournés vers l’Etat et les décideurs politiques locaux se sont fait très discrets.
Le gouvernement a annoncé un fonds de soutien aux entreprise, souhaitons que l’entreprise SITL puisse en bénéficier. Cette entreprise représente en effet un exemple significatif de la mutation économique en cours, en faisant évoluer une chaîne de fabrication d’électro-ménager vers des véhicules électriques.

Les élus locaux peuvent agir

Le Grand Lyon, parce qu’il dispose de la compétence « Développement Economique » aurait du intervenir, mais il semble que les outils et la volonté lui manquent.
Nous proposons que la ville/métropole devienne demain le premier client des entreprises innovantes.
Que la ville/métropole pousse à la coopération, joue le rôle de catalyseur, soutienne les innovation. En l’espèce, il aurait été possible de réunir banquiers, grandes entreprises du territoire, donneurs d’ordre potentiels pour le produit fabriqué et soutenir ainsi la mutation économique de cette entreprise.

Cela n’a pas été tenté, mais ce n’est pas trop tard. L’Etat intervient peut-être cette fois encore, mais à l’avenir les pouvoirs publics locaux devront prendre leur responsabilité.

Sincèrement

Eric Lafond
www.lyon-2014estunechance.fr

contact presse : 06.35.15.03.19

Communiqué – la réforme des rythmes scolaires est une opportunité

Actualitésle 12 novembre 2013Sans commentaires
La réforme des rythmes scolaires impose une réduction du nombre d’heures d’enseignement par jour. Adoptée par le gouvernement, elle doit s’appliquer.
Une nouvelle reculade du gouvernement enverrait un message désastreux. Renoncer à des projets est une chose, ne pas appliquer la loi refléterait un grave dysfonctionnement de notre Etat de droit. Les élus et les formations politiques qui prônent cette option devraient y réfléchir à deux fois.
Malgré une intuition initiale pertinente – donner plus de temps aux enfants pour apprendre – cette réforme est mal pensée. Toutefois, son application pratique dépend essentiellement des communes. Donc de l’imagination des élus locaux pour qu’elle bénéficie aux enfants et qu’elle les aide dans leur apprentissage.
Dès lors, le débat des élections municipales doit offrir à nos concitoyens des choix clairs quant à l’organisation de l’école.
Le système scolaire n’est pas à la hauteur de nos attentes quand plus du tiers des enfants entrent au Collège en difficulté. Les élus locaux ne peuvent se contenter de demander de l’argent à l’Etat.  Cette réforme est une opportunité pour que la politique locale investisse dans l’éducation, ne la manquons pas !
Nous rappelons dans le document ci-dessous nos propositions et invitons les médias à ouvrir le débat entre les candidats.

Sincèrement

Eric Lafond
contact presse 06.35.15.03.19

Communiqué – Y a-t-il un économiste au Sytral ?

Actualitésle 7 novembre 2013Sans commentaires

L’argumentaire du Sytral pour motiver sa hausse de tarif au 1er janvier est pour le moins surprenant.

Des approximations et des contre-sens économiques

Le Sytral s’appuie ainsi sur un taux d’inflation présumé à 2%… alors que l’Insee établit en septembre une variation annuelle de l’indice des prix à la consommation de 0.9%.

Les tickets liberté 2h et jour voient leur prix augmenté de près de 4%… alors que leur utilisation diminue. Lorsqu’un produit est moins consommé, il est peu commun d’augmenter son prix.

En parallèle, le prix de l’abonnement augmente alors que la fréquentation du réseau et les recettes augmentent. Là encore le raisonnement est contestable.

En surplus de cet argumentaire, le Président du Sytral déclare qu’une hausse (probable) de la TVA ne sera compensable que par une nouvelle hausse de tarifs ou une réduction de l’offre de transport.

Ce raisonnement est assimilable à l’idée qu’il est impossible d’enrayer la dépense publique, ou d’enrayer l’endettement public sans hausse massive des impôts. Le « toujours plus » de hausse des coûts et des prélèvements n’est pas acceptable.

Une nouvelle approche

Il convient de repenser la politique des transports, et de l’asseoir sur les principes d’optimisation de l’existant et de l’innovation.

En préconisant l’Aérotram, nous faisons le choix de modes de déplacements moins chers (investissement et fonctionnement) et efficaces.

En préconisant l’augmentation du nombre de rames sur les métro existant, nous faisons le choix de l’optimisation de l’existant.

En préconisant enfin une refonte de l’offre tarifaire (17 tarifs différents hors réductions sociales), nous faisons le choix de la simplicité et de la réduction des frais de gestion.

Dans un contexte économique difficile, l’acteur public doit faire des efforts d’imagination pour réduire la charge pesant sur le contribuable et/ou l’usager des services publics tout en conservant la qualité du service. C’est notre approche sur l’ensemble des politiques publiques.

Nous demandons donc à ce que le Sytral renonce à cette hausse de tarif.

Sincèrement
Eric Lafond

www.lyon-2014estunechance.fr

contact presse 06.35.15.03.19

Communiqué : la démocratie locale s’use aussi

Actualitésle 5 novembre 2013Sans commentaires

Le mandat, devenu fictif, d’une adjointe à la Maire du 1er arrondissement, en raison de son éloignement géographique, éclaire les changements de pratique nécessaires.

Dans un contexte de défiance croissante des électeurs vis-à-vis des élus, les élections municipales seront l’occasion de proposer une modernisation de la démocratie locale. Implication, exemplarité et transparence sont les principes que nous mettrons en valeur dans notre projet

Implication

Rappelons ici que « Les fonctions de maire, d’adjoint et de conseiller municipal sont gratuites », selon le CGCT. Le fait est qu’elles donnent lieu au versement d’indemnités de fonction, destinées à compenser les frais que les élus engagent au service de leurs concitoyens, en fait un quasi salaire. A ce titre, l’électeur et le contribuables sont en droit d’attendre l’implication requise en face.

L’ampleur des sujets qui intéressent Lyon légitime une implication plus forte de ses élus. Nous proposons que le Maire incite davantage les élus municipaux, y compris d’opposition, à contribuer (rapports, études, propositions, etc.). Nous devons revisiter de nombreuses politiques publiques, et l’énergie des 73 élus du Conseil Municipal ne sera pas de trop.

Transparence

Des indemnités équivalentes au SMIC, au salaire médian des français, ou plus, obligent à une grande transparence. Nos tabous culturels autour de l’argent doivent être levés. Nous proposons que les indemnités et frais du Maire, des adjoints, des maires d’arrondissement, de leurs adjoints, des conseillers municipaux soient publics et consultables.

Dans cet esprit, nous proposons que Lyon renonce à la pratique des écrêtements entre élus ; pratique légale mais féodale. Cet argent abondera un fonds aux initiatives et aux innovations proposées par les lyonnais.

Exemplarité

Le non-cumul de mandat est la pierre angulaire des réformes institutionnelles nécessaires. Il sera bien sûr pratiqué par les élus issus de notre liste. Nous inciterons aussi les autres élus accédant à des fonctions exécutives notamment à se conformer à ce principe.

Nous proposons la création d’un adjoint aux initiatives et à l’innovation. Son rôle sera d’être à l’écoute des propositions des lyonnais, puis d’en être le promoteur auprès des autres élus.

Nous proposons de moderniser le premier niveau de la démocratie locale, dite parfois « participative ». Nous préconisons une fusion des Conseils de quartiers et des Comités d’Intérêts locaux – en Comités de quartier – auquel seront données plus d’autonomie et de responsabilité.

La démocratie locale s’use aussi, elle doit trouver de nouveaux principes directeurs

Sincèrement


Eric Lafond

www.lyon-2014estunechance.fr

contact presse: 06.35.15.03.19