Archive for mai, 2012

Emploi, produire local, soutenir les petites et moyennes entreprises

Actualitésle 28 mai 2012Commentaires fermés

objet : communiqué

J’ai rencontré vendredi M Pierre-Yves Levy, Pdg de Outilacier, distributeur d’outils industriels. Ce chef d’entreprise a mis en oeuvre les principes qui nous permettront de bâtir un nouveau modèle économique.
Sa volonté d’ancrage sur le territoire a permis de valoriser des fournisseurs régionaux, donc de produire et de développer les emplois localement. Cette production industrielle locale permet aussi de maintenir et développer de façon raisonnée notre patrimoine industriel, essentiel pour produire demain. Ce résultat est exemplaire et contribue au dynamisme de son entreprise.

La volonté des entrepreneurs est décisive dans la ré-industrialisation de la France et de nos territoires. Et les pouvoirs publics peuvent les soutenir. Notamment en simplifiant et réduisant considérablement les contraintes fiscales, administratives et sociales et en leur donnant une stablité dans le temps. Leur complexité est contre-productive et paralysante pour les petites et moyennes entreprises.

C’est ainsi que je propose de donner la priorité aux petites et moyennes entreprises, aux associations, les principaux créateurs d’emplois de ces dix dernières années. La remise à plat de notre organisation économique actuelle est nécessaire. Dans un monde complexe, choisissons des règles simples pour soutenir et favoriser les initiatives.

Note sur Outilacier : l’entreprise emploi 25 personnes et a été de nombreuses fois primée ces denières années pour son implication dans le maintien et le développement industriel sur la région.

communiqué : moralisation de la vie publique, acte II

Actualitésle 23 mai 2012Commentaires fermés

Porte-à-porte les soirs et entre midi et deux, ici cours de la liberté

Sans surprise, les responsables UMP et PS locaux ont répondu négativement à ma proposition de réduire volontairement les dépenses de campagne. J’ai toutefois été surpris par le ton indigné des réponses et certains des arguments employés.
La démocratie a un prix, c’est indiscutable. N’importe quel prix ? J’en doute. Mais la démocratie vaut surtout par sa capacité à s’adapter et à se renouveller pour mieux répondre aux intérêts des citoyens. Est-il, de nos jours, encore réellement nécessaire de dépenser 3 ou 4 smic annuels en une campagne législative, comme le font ces candidats ? Que valent les discours sur la baisse de la dette et/ou de la dépense publiques si les élus et candidats ne sont pas prêts à consentir quelques efforts en ce sens ? Il ne s’agit pas ici de vertu, mais de cohérence avec les propos que nous tenons.
Cette proposition était le prélude à une réforme de fond au fonctionnement actuel de notre démocratie. En réduisant les dépenses électorales, en abaissant les plafonds de remboursement de celles-ci, nous facilitons aussi l’émergence d’opinions nouvelles, de candidats nouveaux.
Le maintien de fortes dépenses électorales compense le faible temps que certains candidats ont à consacrer à l’enjeu démocratique, pris qu’ils sont dans le cumul de mandats. Plus vous avez de mandats, plus vous avez besoin de moyens pour les conserver. Ce cercle-là n’a rien de vertueux.
L’adaptation de notre organisation économique et social nécessite des élus porteurs d’idées neuves, davantage impliqués dans leur mandat (ce qu’interdit le cumul, et pas seulement dans les exécutifs), soucieux de simplifier l’organisation administrative française, aujourd’hui trop complexe et coûteuse.
Le non-cumul strict de mandat est la mère des réformes institutionnelles. Elle précède les questions de statut des élus, de décentralisation (niveau et compétences) car elle peut en être le fil conducteur.

Campagne pour un centre indépendant

Actualitésle 11 mai 2012Commentaires fermés

Pour le Modem, les législatives sont trop chères, Par Lucie Blanchard

« Plus vertueux que ses petits camarades Eric Lafond ? Le candidat MoDem aux législatives dans la 3e circonscription du Rhône a proposé de réduire de moitié ses dépenses électorales dans le cadre de la campagne des législatives. « S’il ne veut pas faire campagne, qu’il le dise » ont réagi les patrons des fédérations PS et UMP du Rhône. Pour Emeline Baume (EE-LV) plus modeste, face à l’UMP et au PS, « c’est le pot de terre contre le pot de fer ». »
En savoir plus :

Réduire la dépense électorale

Actualitésle 9 mai 2012Commentaires fermés
communiqué : baisse de la dépense électorale, première étape symbolique de la moralisation de la vie publique
Après les présidentielles nous entamons une nouvelle séquence électorale. Les élections législatives constituent la première occasion de mettre en œuvre des mesures de moralisation de la vie politique, thème sur lequel la campagne présidentielle a semblé trouver un consensus.
Cette campagne est courte, bien que nous soyons plusieurs candidats déjà en campagne. Elle peut et doit être économe.
Rappelons ici que l’État prend à sa charge les dépenses électorales des candidats ayant obtenu plus de 5% des suffrages. Il s’agit des frais engagés pour le vote stricto sensu (professions de foi, bulletins de vote et affiches électorales) et surtout des dépenses engagées par les candidats pour convaincre les électeurs. Le coût de ces dernières est plafonné, mais il se monte tout de même à 34000 € en moyenne par circonscription. Considérant que 6 ou 7 candidats pourraient réaliser un score supérieur à 5%, cela génère environ 118 millions € (34000*6*577) de dépense publique ; auxquels il faut ajouter la « campagne officielle – bulletins de vote, professions de foi, affiches – dont le coût remboursé s’élève à environ 17 millions (5000*6*577) pour le seul premier tour.
Il est légitime que la collectivité prenne en charge le débat démocratique. En cette période, il est aussi légitime que les candidats fassent des efforts et réduisent leurs dépenses électorales. Je propose de la réduire de moitié, que les candidats prennent des engagements publics et publient leurs comptes sur leur site de campagne.
Je m’engage en ce sens.

Lyon Capitale.fr : Sarkozy ? Hollande ? La balkanisation de la famille centriste se poursuit encore

Actualitésle 5 mai 2012Commentaires fermés

« La balkanisation de la famille centriste se poursuit encore à l’occasion du second tour de la présidentielle. Malgré les déclarations de François Bayrou, les clivages locaux semblent prédéterminer leur choix : ceux qui optent pour François Hollande appartiennent aux exécutifs de Gérard Collomb, d’autres ancrés dans l’opposition au maire de Lyon préfèrent Nicolas Sarkozy. Quant à ceux qui s’arc-boutent dans une position indépendante, ils voteront blanc ou ne communiquent pas leur décision. » La rédaction de LyonCapitale.fr

FR3 : Les élus Modem partagés à propos du 2nd tour

Actualitésle 5 mai 2012Commentaires fermés

Communiqué de presse : François Bayrou, l’alternance pour préparer l’alternative

Actualitésle 4 mai 2012Commentaires fermés

François Bayrou annonçait hier son choix personnel pour le 6 mai. C’est un choix autant moral que politique. Il fait ainsi celui de l’alternance qui entérine l’expression très majoritaire des français lors du 1er tour. Surtout il prépare l’alternative que son projet proposait.

Il n’échappe à personne que François Bayrou ne donne pas de blanc seing à François Hollande sur son projet. Il n’est pas davantage convaincu aujourd’hui qu’il ne l’était hier par l’approche du PS sur le modèle économique et social français, le rôle de l’Etat, l’absence de réforme de l’école ou la vision européenne. Seule la volonté affichée d’une modernisation de la démocratie, de la moralisation de la vie politique ouvre un espace de consensus dans les prochains mois. Elle serait éminemment bénéfique à notre démocratie.
Ce choix est cohérent avec la volonté fondatrice du Mouvement Démocrate de bouger les lignes. De nombreux partisans de la ligne d’indépendance aurait préféré qu’il soit assorti d’un pacte de gouvernance ou d’un accord de fond, ce qui n’a pas été possible. Ce qui explique aussi que François Bayrou ne donne pas de consigne de vote et, conformément à l’approche modérée et raisonnable qui doit prédominer dans notre façon de faire de la politique, il respecte les convictions de chacun et la volonté de nombre de membres du Conseil national et de militants de voter blanc dimanche.

Le 22 avril aurait pu mettre un terme à la volonté de bâtir un pôle démocrate, centriste, modéré indépendant. Le choix de François Bayrou offre un avenir à cette ambition.

Liberation a assisté au débat en compagnie du modem

Actualitésle 3 mai 2012Commentaires fermés

La presse : Débat télévisé – Hollande – Sarkosy

Actualitésle 3 mai 2012Commentaires fermés

Lire la suite sur LIBERATION

Lyon Webzine – Eric Lafond : Le centre est dans une phase de turbulences

Actualitésle 2 mai 2012Commentaires fermés

Écrit par Fabien PIEGAY